Ah ! Les femmes !

1
139

Etait-ce l’amour ? Telle était la question qu’il se posait mentalement en souriant alors qu’il se faisait servir par la jolie petite serveuse, une deuxième assiette de cassoulet et qu’il dégustait son saint-émilion qui fleurait si bon. Il avait les joues en feu, les larmes au bord des yeux. Il était heureux !
Agé de cinquante ans, vivant seul depuis dix ans car divorcé dans des conditions douloureuses et incompréhensibles, l’incroyable venait de se produire pour lui ; il avait enfin un rendez-vous galant ce soir, chez une dame. Et quelle dame ! Une jolie femme de son âge, cultivée, raffinée qui s’était tout simplement éprise de lui alors qu’ils venaient de se rencontrer au garage, pendant qu’il lui rédigeait sa facture.

Depuis, ils s’étaient revus quelques fois, dans des bars ou au restaurant et, il n’avait pas voulu trop y croire, de peur d’être déçu ou de décevoir ; lui, le presque chauve avec sa bedaine et son mètre soixante.
Mais lors de leur dernière rencontre, elle lui avait fait comprendre à demi mot qu’ils devaient passer à la vitesse supérieure… Et il allait la rejoindre, pour la nuit, quand il aurait terminé son cassoulet.

Il restait sidéré lorsqu’elle s’était enfuie en poussant des cris d’orfraie, le traitant de tous les noms, après avoir sauté du lit comme une furie pour s’enfermer dans le petit cabinet de toilette.

Il était resté un bon moment immobile, allongé sur le lit, une jambe sous le drap, l’autre par-dessus à se demander si la réaction de la belle n’avait pas été un peu exagérée.

Tout s’était pourtant bien passé. Ils avaient d’abord conversé en buvant un verre de vin et s’étaient déshabillés à la lumière tamisée de la lampe de chevet. Ils avaient ensuite commencé à découvrir chacun leur tour le corps de l’autre ; elle paraissait mutine, coquine et même entreprenante ! Et puis, alors qu’elle se tenait au-dessus de lui, souriante, il avait ressenti un terrible gargouillis débuter dans ses intestins, pour ensuite grossir, grossir ! Une pression énorme se déplacer comme un maelström dangereux et douloureux. Le problème s’est résolu d’un coup, en une explosion qu’il n’avait pu contenir. Il avait alors ressenti immédiatement un véritable soulagement et avait été  alors surpris par la réaction brutale de sa compagne alors que son pet libérateur n’avait pas fait grand bruit. Ah ! Les femmes…

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here